Noël VERT au Québec

La douceur nous a accompagnés cet automne. Phénomène plutôt rare, Longueuil aura un Noël vert, ainsi que le sud du Québec. Les outardes fréquentent encore le bord du fleuve le golf, certains parcs et certains parcs. Je fais encore du vélo. Décembre 2015 sera le mois de décembre le plus chaud jamais enregistré dans le … Read moreNoël VERT au Québec

Véhicules électriques et déclin nécessaire du pétrole

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que 3,7 millions de personnes sont décédées en 2012, à cause de la pollution de l’air extérieur. Ce problème est particulièrement aigu dans les grandes villes. Des facteurs majeurs se conjuguent pour qu’au tournant de la prochaine décennie (2020) une fenêtre d’opportunité s’ouvre afin que l’auto électrique surclasse … Read moreVéhicules électriques et déclin nécessaire du pétrole

Relations paradoxales : écologie/économie, nature/culture…

Relations écologie  économie

par Alain Lavallée

Comment penser les relations entre écologie et économie, entre nature et culture dans un monde de plus en plus connecté en temps réel où les télescopages de normes, de valeurs, de règles… se multiplient?

Comment penser et agir dans un monde de plus en plus complexe?

mains-se-dessinant-descher.1234880020.jpg

« Mains dessinant » , M.C. Escher

Le débat sur les rapports entre économie et écologie est trop souvent réduit à une approche simpliste, manichéenne, où nous retrouvons d’un côté les bons écologistes qui désirent sauver la planète, et de l’autre, les méchants économistes-gestionnaires qui surexploitent les écosystèmes et détruisent les paysages. Dans la version contraire, on nous présente les bons économistes-gestionnaires qui développent de manière optimale toutes les ressources afin de hausser le niveau de vie des populations, alors que les méchants écologistes s’opposent au progrès en empêchant la construction d’une usine ou d’un barrage afin de préserver une espèce d’oiseau ou de poisson. Les médias de masse sont friands de ces scénarios hollywoodiens.

Tout est présenté comme si on voulait enfermer nos sociétés dans une double contrainte où nous serions soumis à des impératifs qui seraient contradictoires: impératif économique, impératif écologique. Si nous obéissons à l’impératif écologique, on nous prédit le scénario d’une société développée qui graduellement se désindustrialise, voire se « tiersmondise ». Si nous obéissons à l’impératif économique, de concurrence à tout crin, on nous promet des catastrophes écologiques en série: réchauffement climatique, multiplication des catastrophes naturelles, etc.

Des doubles contraintes peuvent mener les individus à la schizophrénie, comme l’ont souligné Bateson et Watzlawick. Elles peuvent poser de grandes pressions sur nos sociétés, nos collectifs. Elles mènent la plupart du temps à la formation de clans de partisans qui s’opposent et s’engagent dans des escalades amplificatrices.

Il nous faut délaisser cette perspective qui dissocie nature et culture, écologie et économie comme s’il s’agissait d’opposés, comme si nous devions choisir l’une ou l’autre. Il nous faut passer à une perspective plus complexe qui tente de penser ensemble nature et culture.

Read moreRelations paradoxales : écologie/économie, nature/culture…

Francophonie et préservation de la diversité culturelle : une saine prudence écologique

par Alain Lavallée La francophonie: Vendredi après-midi le 15 août, une des nombreuses activités de l’École d’été de l’Institut du Nouveau Monde se déroulait dans les jardins de l’Espace 400e : au programme, le thème « Visions d’avenir sur la francophonie ». De courtes mises en situation jouées par de jeunes comédiens préparaient le terrain … Read moreFrancophonie et préservation de la diversité culturelle : une saine prudence écologique